Actualités - Revue de presse

Arthrose : l’espoir d’un traitement sous forme de pansement

logo

Arthrose : l'espoir d'un traitement sous forme de pansement

La découverte est encourageante pour les dix millions de personnes souffrant d'arthrose en France. Des chercheurs de l'Inserm et de l'Université de Strasbourg ont présenté, dans la revue Nature Communication ce 14 mai, un pansement pour soigner cette maladie détruisant les articulations. Appliqué directement sur l'épiderme, tel une « seconde peau », il permettrait en effet de régénérer les cartilages en cas de lésions internes importantes, causées par cette pathologie chronique et dégénérative.

Une véritable régénération du cartilage

Le pansement est composé de deux couches successives. La première, qui fait office de support, est une « membrane composée de nanofibres de polymères et dotée de petites vésicules contenant des facteurs de croissance en quantités similaires à celles que nos cellules sécrètent elles-mêmes », expliquent les chercheurs dans un communiqué. La seconde est un « couche d'hydrogel chargée d'acide hyaluronique et de cellules souches provenant de la moelle osseuse du patient lui-même ». C'est cette substance qui va se charger de reconstruire le tissu conjonctif.

Car l'«on n'est plus seulement dans la réparation, on parle réellement de régénération du cartilage articulaire », continuent les scientifiques. L'équipe a d'ores et déjà mené des essais sur des rongeurs, ainsi que sur des brebis et des chèvres, « des modèles très adaptés à l'étude comparée des cartilages avec l'homme ». L'objectif est désormais le tester le pansement chez ce dernier.

Une pathologie pour le moment incurable

Aujourd'hui, il n'existe pour le moment aucun traitement qui permette de soigner l'arthrose. En cas de douleurs, le cartilage est provisoirement remplacé pour soulager le malade. Les traitements consistent à injecter des anti-inflammatoires et de l'acide hyaluronique afin d'améliorer la viscosité de l'articulation. Des cellules souches peuvent être aussi utilisées, car elles contrôlent en partie l'inflammation. Seule la pose d'une prothèse est une solution définitive. Mais l'intervention peut s'avérer invasive et douloureuse pour le patient, et être la source d'effets secondaires. L'implant ostéoarticulaire présenté par les chercheurs peut donc constituer une véritable innovation.

À lire aussi :

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.