Actualités - Revue de presse

Fibrillation auriculaire : l’apixaban provoque moins de saignements

Fibrillation auriculaire : l'apixaban provoque moins de saignements

Un nouvel anticoagulant réduit de 34 % le risque de saignement majeur chez les patients atteints de fibrillation auriculaire selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale British Medical Journal.

Sur le même sujet Fibrillation auriculaire : attention aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Les chercheurs de l'Université de Nottingham au Royaume-Uni ont réalisé une étude pour comparer les effets de 4 médicaments, la warfarine, l'apixaban, le dabigatran et le rivaroxaban. La warfarine, le plus ancien des traitements, est prescrite depuis des décennies pour lutter contre la formation de caillots sanguins qui provoquent des accidents vasculaires cérébraux, des crises cardiaques ou la thrombose veineuse profonde (TVP).

Ces médicaments sont aussi utilisés chez les patients ayant un rythme cardiaque instable ou fibrillation auriculaire. Ces anticoagulants provoquent les saignements, dans l'estomac ou le cerveau.

Les chercheurs ont analysé les données médicales de 196 061 patients ayant été traités avec un des anticoagulants entre 2011 et 2016, en particulier ceux provoquant les effets secondaires et indésirables dont les saignements majeurs nécessitant une hospitalisation, l'AVC, la TVP ou le décès.

Avec l'apixaban, le nombre de saignement est réduit

Les résultats de l'étude ont montré que :

la moitié des malades traités a reçu un diagnostic de fibrillation auriculaire (FA).

Les volontaires sous warfarine sont plus à risque de subir un saignement important que ceux sous apixaban ;

En effet, la warfarine a provoqué de 26,54 à 30,29 saignements majeurs/1.000 personnes et/an ;

et l'apixaban 16,62 à 22,29 (selon la base de données analysée) saignements majeurs/1.000 personnes et/an.

"Il existe une diminution de 34 % du risque de saignement majeur chez les personnes atteintes de FA et une diminution de 40 % chez les patients exempts de FA, qui prennent l'anticoagulant apixaban", a conclu Yana Vinogradova, auteur de l'étude.

A lire aussi :

Les hommes et les femmes ne sont pas égaux face à la fibrillation atriale

La fibrillation atriale multiplie les risques d'AVC

Fibrillation atriale : un moniteur cardiaque relié à un smartphone

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.