Actualités - Revue de presse

Infections nosocomiales : une majorité d’infections digestives

Infections nosocomiales : une majorité d'infections digestives

Depuis 2001, tous les établissements de santé doivent signaler les infections nosocomiales. Dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), Santé publique a fait le point sur les signalements reçus depuis le début des signalements jusqu'à 2017. Au cours de cette période, plus de 23 000 signalements ont été reçus, en augmentation régulière depuis 2001.

Sur le même sujet Infections nosocomiales : une nouvelle bactérie en cause

39 % des infections signalées sont des infections digestives. Viennent ensuite les infections et colonisations pulmonaires (20 %) et les infections urinaires (12 %). Les bactériémies représentent 12 % des sites ; les bactériémies sur cathéter concernent 0,8 % des sites.

Les principaux micro-organismes rapportés sont des bacilles à Gram négatif et des cocci Gram positif dans 24,7 % des SIN, avec en tête les staphylocoques (8,3 %) et les entérocoques (9,4 %), des bactéries que l'on trouve dans les selles. Les virus sont impliqués dans 9,5 % des SIN, avec en tête le virus de la grippe (3,1 %).

Moins d'infections à Clostridium difficile

Si les infections à Clostridium difficile (qui provoquent de fortes diarrhées et des douleurs abdominales) ont progressivement reculé, ce n'est pas le cas des infections dues à des bactéries hautement résistantes aux antibiotiques. Alors que ces infections ne représentaient pas plus de 2,5 % en 2001, elles dépassent les 50 % depuis 2012.

Une augmentation redoutée ds soignants car on a découvert récemment que ces bactéries avaient développé également une résistance aux gels hydro-alcooliques utilisés pour la désinfection des mains.

A lire aussi :

Infections nosocomiales : le classement des hôpitaux les plus sûrs

Infections nosocomiales : une nouvelle bactérie en cause

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.