Actualités - Revue de presse

Infections vaginales : les mauvaises habitudes à proscrire

Infections vaginales : les mauvaises habitudes à proscrire

Pas de lavage à l'eau claire

Se laver à l'eau uniquement altère le film hydrolipidique protecteur et aggrave la sécheresse locale. Par ailleurs l'eau seule est inefficace pour éliminer les germes présents.

L'idéal est de se nettoyer d'abord à l'eau avec les mains du pubis jusqu'à l'anus puis de repasser aux mêmes endroits avec une noisette de produit d'hygiène intime, toujours avec les mains (et surtout pas avec un gant de toilette).

Pas de savon de Marseille ou de gel douche

Le respect du film hydrolipidique naturel nécessite l'utilisation de produits d'hygiène "sans savon" appelés syndets dont le pH est plus compatible avec celui de la zone vulvaire, qui se situe entre 4,8 et 7,5. Le savon de Marseille ou les gels douche, très alcalins, présentent un risque de décapage de la peau encore plus pernicieux en cas d'irritation ou de mycose vaginale.

A noter que la toilette doit rester externe et se cantonner à la vulve : pas de douche vaginale, qui fragilise le microbiote local et qui serait, en outre, un facteur de risque pour le cancer des ovaires.

Pas d'antiseptiques sans avis médical

Tous les antiseptiques sont des tueurs de lactobacilles. Or ces "petits locataires du vagin" comme les définit le Dr Bohbot, créent un environnement hostile pour les autres germes. Si l'on se lave quotidiennement avec un antiseptique, cela altère la qualité du microbiote vaginal donc ces produits ne doivent être utilisés que sur prescription médicale et sur un temps limité.

Pas de protège-slip en dehors des règles

Pertes physiologiques abondantes, crainte des règles irrégulières qui arrivent sans prévenir ou des fuites urinaires : de nombreuses femmes utilisent des protège-slips quotidiennement. Or, ces dispositifs qui absorbent l'humidité assèchent également la vulve, la rendant plus vulnérable.

Pas d'épilation intégrale

Si l'on est sujette aux infections, l'épilation intégrale renforce le déséquilibre du microbiote vaginal et vulvaire.

"Dans la région génitale, les poils jouent le rôle d'amortisseur vis-à-vis des agressions mécaniques dues aux sous-vêtements et les glandes sébacées protègent la muqueuse vulvaire. Or, en cas d'épilation intégrale, le poil et les glandes annexes sont éliminés et la peau s'assèche" souligne le médecin. Par ailleurs, "les microbes qui vivent habituellement sur l'épiderme, voient une brèche magnifique s'ouvrir".

A lire : Microbiote vaginal, la révolution rose par le Dr Jean-Marc Bohbot et Rica Etienne, éditions Marabout.

A lire aussi :

Mycoses : apaisez les irritations avec les médecines douces

Mycose : et si vous en aviez une sans le savoir ?

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.