Actualités - Revue de presse

La dengue fait des ravages au Honduras

logo

La dengue fait des ravages au Honduras

L'Aedes Aegypti. Tel est le nom du moustique qui fait trembler les autorités sanitaires au Honduras. Les hôpitaux du pays sont débordés et les professionnels de santé peinent à gérer l'augmentation du nombre de patients contaminés par le virus de la dengue transmis par ce moustique tigre, connu pour être également vecteur de zika et du chikungunya.

Plusieurs Etats d'Amérique centrale sont touchés par une épidémie de dengue mais c'est au Honduras que le bilan est le plus lourd, et celui-ci ne cesse de s'alourdir jour après jour. Comme le rapporte El Pais dans son édition du 19 août, sur la période de janvier à juillet 2019, la maladie a causé 83 morts dans le pays sur les 49 326 cas enregistrés dont 10 853 graves. La propagation du virus, favorisée par la saison des pluies, a pris une telle proportion que le gouvernement de Juan Orlando Hernández a déclaré le pays en situation d'urgence nationale. Les autorités sanitaires se préparent à une aggravation de la situation dans les prochains mois et la multiplication des cas de dengue pourrait bien franchir la barre des 140 000 d'ici la fin de l'année.

Le Nicaragua serait le deuxième pays le plus touché d'Amérique centrale par l'épidémie de dengue avec 10 décès liés au virus recensés.

En Amérique centrale, la dengue a fait 150 victimes mortelles sur plus de 177 259 cas enregistrés, dont 11 424 ayant nécessité une hospitalisation.

Des systèmes de santé dégradés qui facilitent l'expansion du virus

La situation semble hors de contrôle dans ces pays d'Amérique centrale. Pourtant la maladie est facilement contrôlable avec des infrastructures de santé adéquates et des mesures de prévention et de traitement adaptées, estime l'épidémiologiste Leonel Argüello de Managua à Nicaragua, cité par El Pais. Le spécialiste énumère plusieurs raisons dans l'expansion du virus de la dengue comme l'assouplissement des mécanismes de contrôle et d'éducation de la population [aux moyens de se protéger des piqûres du moustique]; la prolifération des taudis et une "détérioration" générale des systèmes de santé. Au Honduras, le changement climatique est un autre facteur qui joue dans la prolifération du moustique responsable de la transmission ainsi que l'expansion et la consolidation du virus.

L'OMS prévoit qu'entre 2030 et 2050, les changements climatiques entraîneront 250 000 décès supplémentaires chaque année pour diverses raisons (malnutrition, stress lié à la chaleur, diarrhée, paludisme) et que ces bouleversements climatiques faciliteront également l'expansion de virus comme la dengue.

Lire aussi

Dengue : un test réussi en Australie

Ebola en RDC : plus de 1900 décès en un an

Zika : le premier trimestre de grossesse est le plus à risque

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.