Actualités - Revue de presse

Le nombre d’agressions sur des médecins en hausse

Le nombre d'agressions sur des médecins en hausse

Les agressions sur les médecins sont en hausse, selon le baromètre 2018 de l'Observatoire de la Sécurité des médecins publié par Conseil national de l'Ordre des médecins. 1126 incidents ont été déclarés en 2018 soit une hausse de près de 9% par rapport à 2017.

Les incidents contre les médecins ont lieu majoritairement en ville : ils concernaient à 54 % les médecins exerçant en centre-ville, à 20% en banlieue et 17% en milieu rural.

Les médecins généralistes semblent les plus concernés et représentent 70% des déclarations "alors qu'ils représentent 44% de la population médicale globale", note le baromètre. Les ophtalmologues, les dermatologues, les gynécologues-obstétriciens, les psychiatres et les médecins du travail sont les autres professions médicales touchées par les incidents.

Les résultats rendent compte également de la répartition par zone géographique : l'Ile-de-France (171 déclarations), les Hauts-de-France (162) et l'Occitanie (151) sont les trois régions les plus touchées. Parmi les départements, le Nord (123 incidents, contre 108 en 2017), les Bouches-du-Rhône (82 incidents, contre 107 l'année précédente) et la Haute-Garonne (46, contre 43 en 2017) sont les plus concernés par ces incidents.

Des agressions surtout verbales

Dans 54 % des cas l'agresseur est le patient. Quant à la nature des incidents, il s'avère que les médecins sont d'abord victimes d'agressions verbales ou de menaces (66% des incidents). Viennent ensuite les actes de vandalisme (8%) et les agressions physiques (7%). Ces dernières n'ont pas augmenté par rapport à 2017.

Le baromètre expose également les motifs en cause dans ces incidents : 31% découlent d'un reproche relatif à une prise en charge, 17% à un vol, 16% à un refus de prescription (de médicament ou de certificat, par exemple), 11% à un temps d'attente jugé excessif, et 11% à une falsification de document (ordonnance ou certificat, par exemple).

Face à ces chiffres, l'Ordre des médecins enjoint les pouvoirs publics à se saisir de cette problématique. "La nouvelle augmentation des incidents recensés en 2018 doit inciter tous les acteurs à poursuivre et approfondir encore leur action commune pour protéger les médecins et les internes", estime-t-il.

[Communiqué] Observatoire de la #sécurité des médecins : un nombre toujours plus important d’incidents déclarés. L’Ordre appelle une nouvelle fois les autorités à se saisir de cet enjeu majeur https://t.co/uSKCmlas1H pic.twitter.com/agoGceBndb

— Ordre des Médecins (@ordre_medecins) April 4, 2019

Lire aussi

Près de 60 % des patients mentiraient à leur médecin

Un étudiant en médecine sur deux risque le burn-out

Pharmaciens : ils pourront délivrer des médicaments sans ordonnance

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.