Actualités - Revue de presse

L’eau des arbres, source de bienfaits !

logo

L'eau des arbres, source de bienfaits !

L'eau des arbres, c'est tendance. Découvrez leurs atouts nutritionnels pour les consommer vous aussi.

L'eau de coco pour se réhydrater rapidement

C'est dans les noix vertes et non matures du cocotier (Cocos nu ci fera) que l'on recueille une eau claire en quantité (jusqu'à 800 ml par fruit !). Selon la FAO, l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, cette délicieuse boisson possède le même niveau de concentration électrolytique que notre plasma sanguin.

Des transfusions " végétales "

Elle aide ainsi à rétablir les déséquilibres qui suivent un effort. Et la légende veut que, durant la Seconde Guerre mondiale, les médecins américains et japonais l'utilisaient pour faire des transfusions d'urgence aux soldats blessés.

Pourquoi en boire ?

  • Parce que c'est une importante source de potassium, phosphore, calcium, magnésium, fer et zinc. Durant les fortes chaleurs de l'été ou après une diarrhée, elle contribue à réhydrater l'organisme tout en le reminéralisant.
  • La FAO la recommande donc aussi comme boisson énergisante chez les sportifs amateurs ou de haut niveau.
  • Enfin, elle serait utile pour drainer l'eau emprisonnée dans les amas cellulitiques. Bonne nouvelle !

En pratique

  • Désaltérante et agréable au goût, elle remplace avantageusement tous les sodas et autres boissons.
  • En cure, à raison de 25 cl par jour, durant 2 à 3 semaines.

Notre sélection noix de coco fraîches

  • Biocoop ou La Vie Claire, 3, 95 € la noix verte.

En tetrapak :

  • Cocowell, 2, 50 € les 33 cl .
  • Vitamont, 3, 60 € les 50 cl.
  • La Vie Claire, 1, 85 € les 33 cl.
  • Bjorg, 3, 65 € les 50 cl.

L'eau d'érable en cas de glycémie instable

L'acériculture, ça vous dit quelque chose ? C'est la récolte de l'eau d'érable qui a lieu au Québec à la fin de l'hiver. Au cours de ce "temps des sucres", les acériculteurs entaillent le tronc des arbres pour la collecter avant la montée de la sève. Dès que la température diurne atteint 1 °C, l'eau, qui contient du potassium, du calcium, du phosphore et 2 à 3 % de sucres, va monter des racines.

De l'eau mais aussi du sirop

Trois espèces d'érables (noir, à sucre et rouge) peuvent être mises à contribution mais leur tronc doit atteindre 20 cm de diamètre, soit 45 ans, pour envisager une récolte annuelle. Vivant plus de 300 ans, un arbre à sucre peut donc fournir une eau pendant longtemps. Chaque année, sa récolte prend fin à l'arrivée de la sève, amère et plus chargée en minéraux. En faisant évaporer cette eau, on peut aussi produire du sirop, de la tire, du beurre (sans matière grasse) et du sucre d'érable.

Pourquoi en boire ?

  • Les terpènes et différents acides, dont l'acide abscissique, qu'elle renferme permettent à l'eau d'érable de stimuler le relâchement de l'insuline par les cellules pancréatiques et d'accroître la sensibilité des cellules adipeuses à l'insuline. C'est pourquoi elle peut accompagner le traitement du syndrome métabolique et du diabète.
  • Sa richesse en potassium, calcium, magnésium, manganèse et phosphore renforce l'immunité de l'organisme et permettrait, selon certains chercheurs, de minimiser la prise d'antibiotiques. Affaire à suivre…

En pratique

  • Ne pas hésiter à en boire un petit verre chaque matin pour stabiliser sa glycémie. En cure de 2 à 3 semaines.
  • On peut également la boire quand une envie de sucre nous taraude.
  • L'associer à une alimentation pauvre en sucres à index glycémique élevé et modeste en sucres à index bas.

Notre sélection eau d'érable

  • Eau d'érable Necta , 2, 70 € les 33 cl.
  • Kanata , 2, 50 € les 33 cl.
  • Biotona, 3, 50 € les 50 cl.

La sève de bouleau pour son action diurétique et revitalisante

Durant leur hivernation, les bouleaux font provision de leur sève, qui vase gorger de minéraux, d'oligoéléments, de vitamines et même de quelques acides aminés. Plus l'hiver a été dur, plus la sève en sera abondamment fournie. Quelques jours avant le printemps, la sève commence à monter dans le tronc. C'est elle qui va permettre à l'arbre de s'épanouir et de produire feuillages, fleurs et fruits en abondance. Et c'est à ce moment-là qu'il faut la récolter. Une fois montée, elle ne pourra plus être recueillie car elle aura inondé tout l'arbre.

Un précieux gisement

Pour extraire ce nectar tout en respectant le bouleau, le producteur insère une sonde canule dans son tronc. À la fin de la récolte, l'orifice sera naturellement rebouché à l'aide d'un bois vert. Pour ne pas épuiser ce précieux gisement, l'arbre ne sera remis à contribution que quelques années plus tard.

Pourquoi en boire ?

  • Sa richesse en sels minéraux favorise l'élimination rénale de l'eau et la détox hépatique, agissant comme un puissant dépuratif (graisses, pesticides…).
  • Il est possible de faire une cure de sève fraîche au début du printemps. En France, la récolte débute entre fin février et fin mars, en fonction des régions. Il faut être réactive car elle ne dure que 6 à 8 semaines.
  • Si ce rendez-vous est manqué, on peut suivre une cure de sève pasteurisée, minéraux et vitamines étant protégés par ce traitement.
  • L'effet diurétique de la sève fatigue durant les premiers jours de la cure. Mais l'apport en minéraux et en vitamines va ensuite retaper l'organisme.
  • Ne pas confondre la sève de bouleau et son jus, ce dernier étant une décoction de ses feuilles. Ce qui n'a rien à voir.

En pratique

  • La cure doit être suivie au minimum 10 jours, voire 20 jours pour une durée thérapeutique plus intéressante. Elle consiste à boire un petit verre de sève par jour (environ 20 cl). Si possible le matin, à jeun, pour permettre à l'organisme de se nettoyer plus facilement.
  • L'associer à une alimentation riche en fruits et légumes et pauvre en sucres rapides, en charcuterie, produits raffinés, viande rouge et fromages.
  • La cure de sève de bouleau n'est pas conseillée aux personnes souffrant de troubles rénaux ou de diabète, à celles qui suivent un traitement diurétique, ou encore en cas d'épuisement.

Notre sélection sève de bouleau

  • Sève de bouleau Ladrôme : Environ 20 € le coffret de trois flacons (3 × 50 cl).

En cubi de sève fraîche :

De nombreux petits producteurs sont commercialisés en magasin bio.

  • Entre 20 et 50 € le cubi de 2 à 5 litres, selon le producteur.
  • Sève de bouleau des Pyrénées bio : Qualidiet, 16,40 € le litre chez Botanic.

Merci à notre experte Corinne Geray-Gie, naturopathe à La Ville-aux-Dames (37)

Lire aussi

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.