Actualités - Revue de presse

Les bons gestes pour mieux cicatriser

spacer

Les bons gestes pour mieux cicatriser

On commence par nettoyer et désinfecter la plaie

Laver soigneusement la plaie est primordial pour la débarrasser du sang, de la terre ou des grains de sable qui auraient pu y pénétrer.

Sur le même sujetAliments cicatrisationMes aliments spécial cicatrisation

Avec de l'eau et du savon, c'est suffisant. Puis on rince sous un jet d'eau ou avec une compresse tissée imbibée d'eau tiède et on sèche en tapotant délicatement avec une autre compresse, sèche celle-là (le coton risque de laisser des fibres dans la lésion).

En cas de plaie "sale", un antiseptique à base de chlorhexidine ou d'hexamidine en solution aqueuse peut être appliqué pour prévenir le risque d'infection. Il est préférable d'éviter les solutions contenant de l'alcool car elles risquent de piquer et d'irriter la blessure, ainsi que les dérivés iodés (Bétadine) ou l'éosine, qui colorent la peau et peuvent masquer une éventuelle infection.

"Certaines lésions comme les morsures d'animaux, les plaies larges, profondes ou pénétrantes et celles qui touchent les mains ou les doigts doivent être vues par un médecin. Elles peuvent en effet avoir touché un tendon, une articulation ou nécessiter quelques points de suture. Les personnes diabétiques aussi doivent consulter, car leur plaie peut s'infecter rapidement", explique le Dr Sylvie Meaume, dermatologue à l'hôpital Rothschild, à Paris.

On choisit le pansement adéquat

L'intérêt d'un pansement est de protéger la plaie des salissures, des chocs et des frottements avec les vêtements, tout en permettant de poursuivre ses activités habituelles. Différentes catégories sont disponibles.

  • Les pansements secs composés d'une compresse de gaze et d'un support adhésif, conviennent bien aux petites blessures (écorchures, coupures). Opter de préférence pour un modèle adhésif sur les quatre côtés afin de bien protéger la plaie des impuretés et penser à le changer dès qu'il est souillé ou au moins une fois par jour. Certains contiennent des ions argent, antibactériens et antifongiques, qui permettent de limiter le risque de contamination microbienne. Ceux à base d'alginate de calcium arrêtent plus rapidement les saignements importants.
  • Les pansements humides accélèrent la cicatrisation, tout en limitant la macération. Maintenir la plaie dans un milieu humide contribue au renouvellement cellulaire, favorise la synthèse de collagène et le développement de nouveaux tissus.
  • Les pansements hydrocolloïdes, constitués de polymères absorbants, à base de carboxyméthylcellulose, ou les pansements hydrocellulaires composés de polyuréthane sont parfaits pour les écorchures au genou des enfants et pour les ampoules dont la cloque a percé », indique le Dr Sylvie Meaume. Très absorbants, ils protègent les blessures de l'eau et évitent la formation d'une croûte qui peut laisser une vilaine cicatrice.
  • Ils peuvent rester en place deux à trois jours sans problème.
  • Les strips servent à rapprocher les bords d'une plaie en cas de coupure et évitent le recours aux points de suture lorsque la lésion n'est pas trop profonde. "Ils se posent d'abord perpendiculairement aux berges de la plaie, puis dans le sens de la blessure. On les recouvre ensuite d'un pansement sec", précise le Dr Meaume.
  • Les pansements liquides en spray ou en gel forment une couche protectrice. Ils sont destinés aux petites lésions des mains et des pieds (crevasses) ainsi qu'à celles du visage, là où il est difficile de poser un pansement. Ils doivent être renouvelés quotidiennement.

On n'oublie pas de bien hydrater

Une fois la plaie refermée, il est conseillé d'appliquer une pommade ou une crème cicatrisante, une ou deux fois par jour.

Ces formules contribuent au processus de réparation des tissus en associant des actifs antibactériens, principalement le zinc et le cuivre, et des composés hydratants et nourrissants (glycérine, beurre de karité ou acide hyaluronique). Certains soins renferment des agents apaisants, telle la vitamine B 5, qui préviennent les démangeaisons.

Si une croûte s'est déjà formée, la ramollir avec une crème hydratante (vaseline, aloe vera…) ou une huile végétale (calendula, amande douce…) permet qu'elle se détache plus facilement et tombe d'elle-même. L'été, pensez à protéger la cicatrice du soleil avec une crème à fort indice ou en la recouvrant d'un pansement résistant à l'eau.

Comment est-ce qu'on cicatrise ?

  • Tout de suite après le choc ou la plaie, c'est la réaction inflammatoire. Du sang et de la lymphe apparaissent à la surface de la peau. Puis arrivent des macrophages (globules blancs), qui vont aider à éliminer les fragments bactériens et les cellules mortes.
  • Quatre jours après la lésion, les fibroblastes, présents dans le derme, produisent des fibres de collagène et de l'élastine qui vont combler la plaie. De nouveaux vaisseaux sanguins se forment. C'est le bourgeonnement.
  • Entre le 6e et le 10e jour, les kératinocytes (cellules de l'épiderme) recouvrent le bourgeon dermique, la plaie se referme. Une cicatrice se forme, mais elle ne deviendra mature qu'au bout d'un an. C'est l'épithélialisation.

A lire aussi :

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.