Actualités - Revue de presse

Les motifs d’arrêts de travail révélés aux employeurs ?

Les motifs d'arrêts de travail révélés aux employeurs ?

Une expérimentation qui ne fait pas l'unanimité. Depuis le mois de novembre dernier, la sécurité sociale révèle les motifs de certains arrêts maladie aux employeurs, espérant inciter les entreprises à mieux prévenir les risques professionnels.

Sont notamment concernés les arrêts pour lombalgie, troubles musculo-squelettiques (TMS) ou psychosociaux pour les entreprises enregistrant un fort taux d'absentéisme. Le but, les pousser à mettre en oeuvre des actions de prévention.

"Cinq entreprises ont été visitées à Amiens, Bourg-en-Bresse, Marseille Grenoble, et une sur la Côte d'Opale", explique à l'Express Laurent Bailly, responsable du département des services aux assurés, en charge du programme. Une quarantaine de visites supplémentaires sont prévues pour l'année.

Respect de l'anonymat

Il dévoile également la méthode de la sécurité sociale pour accéder à ces informations. "En cas de contrôle de l'assuré, le motif de l'arrêt est codifié, nous disposons donc de l'information. En l'absence de contrôle, nous arrivons à reconstituer la pathologie à partir des consultations et remboursements de médicaments. Par exemple, si le salarié a vu un psychiatre et pris des antidépresseurs, on peut en conclure qu'il a été arrêté pour dépression. Ce sont des algorithmes qui font le travail", explique-t-il.

Du côté du corps médical, l'initiative ne séduit pas. C'est le cas du Dr Goltman, psychiatre, dont le tweet a été mis en avant par Le Monde : "Inadmissible, inapplicable… Pensez-vous que les patients acceptent des AT (arrêts de travail) si l'employeur est au courant d'un motif psy pour un arrêt ? C'est toujours stigmatisant, nous courons à la catastrophe", écrit-il.

Laurent Bailly apporte une importante précision : le respect de l'anonymat. "On s'assure qu'il n'est pas possible, même de manière indirecte, de tracer les personnes", déclare-t-il, ajoutant qu'à cet effet, seules les entreprises de plus de 200 salariés sont concernées par la mesure. Seuls le nombre de jours d'arrêts par catégorie est communiqué aux employeurs.

A lire aussi :

Arrêt maladie : 1 salarié sur 5 du privé y renonce

Prendre des douches froides réduirait les arrêts maladie

Les téléconsultations en médecine bientôt prises en charge par la sécu

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.