La sinusite.

sinusites

La sinusite ou rhinosinusite est linflammation de la muqueuse des sinus. Les sinus sont des cavités aériennes creusées dans l’os de la face, situées de part et d’autre du nez et du front et communiquant avec les fosses nasales. Ils produisent du mucus qui est évacué par les fosses nasales.

Selon leur emplacement, on distingue les sinus maxillaires, frontaux, sphénoïdaux et ethmoïdaux. Ils se développent progressivement avec l’âge : sinus ethmoïdal présent à la naissance,  maxillaire apparaissant à partir de 3 ans, sinus frontal après 7 ans et le sinus sphénoïdal se forme plus tardivement, à partir de dix ans.

Diagnostic

Causes :

La durée de l’épisode infectieux permet de distinguer les formes aiguës et chroniques. De quelques jours à 4 semaines (12 semaines pour certains auteurs) pour la forme aiguë et supérieure à 12 semaines pour les formes chroniques.

La sinusite maxillaire aiguë est la plus fréquente. Les causes peuvent être d’origine infectieuse, allergique ou inflammatoire comme :

  • – Une rhinite ou rhinopharyngite d’origine virale (la plus fréquente) ou bactérienne: un banal rhume peut se compliquer en sinusite aiguë. Elle évolue sous forme d’épidémies saisonnières surtout en automne et hiver.
  • – Une carie ou un abcès dentaire.

Plus rarement d’origine traumatique due à des lésions barotraumatique (piscine, transport aérien, plongée sous-marine).

Les sinusites éthmoïdales, sphénoïdales et frontales sont quant à elle d’origine bactérienne et sont beaucoup plus rares et plus graves en raison du risque de complications au niveau des yeux et du cerveau.

Les sinusites aiguës mal ou pas soignées passent à la chronicité.

La sinusite chronique chez l’enfant est souvent d’origine allergique, aux acariens notamment.

Chez l’adolescent et l’adulte, il faudra rechercher la présence de polypes naso-sinusiens ou  une malformation des voies aériennes supérieures comme une déviation nasale.

Le diagnostic est posé d’après les signes cliniques et l’interrogatoire du patient.

Les sinusites aigues qu’elles soient virales ou bactériennes ne requièrent pas d’imagerie sauf s’il y a complications (cerveau, yeux).

Les examens complémentaires réalisés en seconde intention permettent de valider le diagnostic, d’évaluer l’intensité du phénomène et de guider le traitement.

Une endoscopie nasale est recommandée afin de rechercher un écoulement purulent et de détecter la présence éventuelle de polypes en cas de sinusite chronique.

Un prélèvement bactériologique est souhaitable en cas de sinusites compliquées,  chez un patient au système immunitaire affaibli ainsi que chez les patients ayant reçu récemment une antibiothérapie.

Dans les sinusites chroniques, le scanner des sinus est l’examen de référence. Il sera réalisé également devant toute suspicion de sinusite frontale, sphénoïdale ou ethmoïdale .

Symptômes

La sinusite aiguë entraine :

  • – Une congestion nasale avec un écoulement bilatéral clair ou purulent selon qu’il soit viral ou bactérien.
  • – Une sensation de pression sous les yeux et une douleur pulsatile augmentée quand la tête est penchée en avant et/ou exacerbée par la toux ou l’effort.
  • -Une  fièvre < 38,5°C.
  • -Une diminution ou une perte d’odorat.
  • -Une toux et des éternuements.

D’autres symptômes peuvent se manifester comme des douleurs dentaires et à la mâchoire supérieure sous forme d’irradiations, une mauvaise haleine, des maux de tête et une toux grasse car les sécrétions passent dans la gorge.

La durée habituelle de l’épisode est de 3 à 8 jours

Une surinfection bactérienne est suspectée si les symptômes persistent malgré un traitement symptomatique plus de 48 h après.

Les symptômes de la sinusite chronique sont les mêmes mais durent plus longtemps avec une absence de fièvre.

Certains signes cliniques font suspecter une sinusite compliquée : syndrome méningé, exophtalmie, œdème des paupières, troubles de la mobilité oculaire, douleurs si intenses qu’elles provoquent de l’insomnie. Ces symptômes imposent une prise en charge hospitalière avec des prélèvements bactériologiques, une imagerie et une antibiothérapie par  voie intraveineuse en urgence.

Traitement

La sinusite maxillaire aigue virale ne requiert pas de traitement antibiotique mais plutôt un traitement symptomatique .Celui-ci reposera sur  des:

  • Lavages du nez à l’aide d’une solution saline au moins 2 fois par jour
  • Antalgiques/antipyrétiques : paracétamol, Ibuprofène.
  • Décongestionnants locaux pour une durée maximale de 5 jours

La prise d’antibiotique est recommandée dans les sinusites maxillaires aigues purulentes, si :

  • – Augmentation ou persistance de la douleur malgré le traitement symptomatique
  • – Persistance ou augmentation de la douleur unilatérale, quia tendance à augmenter lorsque la tête est penchée en avant.
  • -Augmentation de la congestion nasale et l »écoulement nasal devient purulent
  • -Présence d’un abcès dentaire
  • -Persistance de la fièvre au delà de 3 jours malgré le traitement symptomatique

Les antibiotiques utilisés en première intention sont l’Amoxicilline, ou encore  l’association amoxicilline/Acide clavulanique.

Une corticothérapie par voie orale, sur quelques jours, peut être associée à la prise d’antibiotiques dans certains types de sinusites (celles très douloureuses)

Ce traitement peut être associé à des vasoconstricteurs locaux sous forme de pulvérisations dans les narines sur une période qui ne doit pas dépasser 5 jours.

Les sinusites frontale, ethmoïdale ou sphénoïdale purulentes sont d’emblée traitées par un antibiotique en raison du risque élevé de complication. L’antibiotique le plus utilisé est l’association amoxicilline/Acide clavulanique

Dans le cas de sinusites chroniques dues à des allergies, un traitement par immunothérapie (désensibilisation) peut être instauré. Au terme de ce traitement, le patient verra sa réaction allergique fortement réduite voire totalement disparue.

Le drainage chirurgical va permettre le lavage des sinus ainsi que des prélèvements pour un examen bactériologique, dans les sinusites compliquées.

Dans certaines sinusites chroniques, la chirurgie reste une option de traitement. Elle permettra de corriger les anomalies de structure des fosses nasales ou d’enlever les polypes nasaux.

Auteur(s)

Dr M. Gadji.
Révision Dr N. Bensemane (médecin généraliste).

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.