Les édulcorants

stevia-74187_1920

Un édulcorant est un additif alimentaire qui permet d’adoucir le goût des aliments amers ou acides .

Le plus souvent utilisés pour remplacer le sucre et destinés aux diabétiques, les édulcorants sont indispensables à l’industrie pharmaceutiques qui s’en sert pour  couvrir le goût amer des médicaments et à l’industrie agroalimentaire qui les utilise comme conservateurs.

Présentés sous forme de sucrettes, dosettes, poudres, etc. et bien que de valeur nutritive quasi nulle, ils ont le l’inconvénient d’être cariogènes (responsables de la formation de caries) et pour certains, dangereux à la consommation sur le long terme.

Produits d’origine naturelle ou découverts par hasard lors d’expériences scientifiques, voici les édulcorants les plus consommés aujourd’hui suivis de leur code E900 qui vous permettra de les identifier dans le commerce.

L’ASPARTAME (E951)

Découvert fortuitement  dans son laboratoire américain  en 1965 par le chercheur James Schlatter.  Ce dernier remarqua le gout sucré de ses doigts en essayant de prendre une feuille après s’être humecté les bouts des doigts.

Son autorisation de mise sur le marché a été un long parcours du combattant, approuvé puis retiré de la circulation, dénigré, réprouvé jusqu’à sa mise sur le marché en 1984 sous l’appellation nutrasweet.

Retrouvé dans les médicaments, les produits industriels, les boissons lights, on l’accuse d’être à l’origine  de nombreux troubles comme les allergies, les maux de tête, l’augmentation de la pression artérielle, la fatigue, la dépression et bien d’autres .

Il a toutefois été observé que tous ces troubles disparaissaient à l’arrêt de la consommation et réapparaissaient à la reprise.

Par ailleurs, certaines études parlent de son implication dans l’apparition du cancer chez le rat mais les avis divergent…

Quelle sont les raisons de ces troubles ?

La raison provient de sa composition :

La Phénylalanine et l’Acide aspartique, principaux constituants de l’aspartame  sont deux acides aminés entrant largement dans la composition de nos aliments et donc sans danger.

Quand au méthanol, résidu de synthèse, il est toxique, soluble et difficilement éliminé par les voies urinaires. Son accumulation dans l’organisme semble être l’élément impliqué dans tous les signes cités.

Toutes les études menées « pour » ou « contre » l’aspartame ayant livré des conclusions diverses, on recommande de ne pas en abuser sur le long terme, le danger provenant aujourd’hui essentiellement de la consommation excessive des boissons light.

LA SACCHARINE  (E954)

En 1879, Constantin Fahlberg, un étudiant américain, en rentrant chez lui, après une journée dans son laboratoire, passa à table sans se laver les mains et trouva un goût sucré à ses doigts.

Il retrouva dans son laboratoire la substance qui faisait l’objet de ses recherches et réussit à en synthétiser une nouvelle qui prit le nom de Saccharine.

D’abord utilisée uniquement pour les diabétiques, elle devint vite un produit du quotidien qui donnait un goût agréable aux boissons chaudes.

Vers les années 1970, elle fut largement utilisée en industrie agroalimentaire, essentiellement dans les boissons gazeuses.

En 19ème siècle, à la suite d’études ayant prouvé son incidence sur le développement du cancer de la vessie chez le rat, elle fut interdite à la consommation et retrouvée uniquement en vente en pharmacies sous forme de sucrettes pour diabétiques.

Aujourd’hui, aucune étude n’a prouvé clairement la dangerosité de l’absorption de saccharine au quotidien à raison de quelques sucrettes par jour.

LE CYCLAMATE (E952)

Découvert par Michel Sveda en 1937 toujours aux Etats Unis, ce dernier retrouva sur le plan de travail de son laboratoire sa cigarette sucrée alors qu’il faisait des travaux de recherche sur les antipyrétiques.

En 1960, il a été introduit dans les boissons.

Entre 1966 et 1969, des études scientifiques démontrent son incidence dans le cancer de la vessie chez les rongeurs.

Interdits aux États Unis, il est largement consommé en Europe.

L’ACESULFAME K (E950)

Découvert en 1967 par un laboratoire allemand, il est 200 fois plus sucrant que le sucre, et  rapidement éliminé par les voies urinaires .

Sa stabilité à la chaleur en fait un atout pour l’industrie agro-alimentaire : biscuits, boissons light, glaces …

Son effet cancérogène n’a pas été clairement validé.

LE SUCRALOSE (E955)

Doté d’un pouvoir sucrant 200 à 600 fois plus élevé que le saccharose, il possède également la qualité d’être très stable à la chaleur et donc largement utilisé dans l’industrie agroalimentaire dans la fabrication de biscuits, confiseries, pâtisseries et boissons light.

On le retrouve également dans les desserts et les laitages.

Très digeste, il est facilement éliminé par les selles et les urines.

Chez les personnes diabétiques, il ne provoque aucune modification de la glycémie.

LE NEOTAME (E961)

Néo + tame = fait suite à l’aspartame.

700 à 13000 fois plus sucré que le saccharose et encore plus que l’aspartame, la consommation de doses minimes est largement suffisante.

Très stable à la chaleur, il est, comme l’aspartame composé de méthanol qu’il produit lors de sa dégradation métabolique.

QUELQUES EDULCORANTS NATURELS:

L’AGAVE 

Plante originaire du Mexique mais également retrouvée dans quelques pays méditerranéens,  l’agave bleue variété de cactus est une plante à indice glycémique bas, sucrée et  liquide. On l’appelle également l’eau de miel que l’on peut rajouter à de nombreuses préparations sans avoir à la chauffer pour la faire fondre.

A indice glycémique bas et peu calorique, riche en fer, calcium et potassium, l’agave est recommandée pour les diabétiques mais sans trop en abuser.

La STEVIA 

On pourrait dire que la stévia est la dernière trouvaille, et pourtant, depuis très longtemps, elle est consommée au brésil et dans les pays asiatiques dont le japon.

Il s’agit d’une plante dont on consomme les feuilles et dont le principal constituant est le stévioside, substance dotée de qualités antidiabétiques, antihypertenseurs, anticancéreux, anti-inflammatoire et bien d’autres.

Il s’agit donc du produit à AVOIR DANS SES PLACARDS !!!

Auteur : Dr M. Hammoutenne.
Révision : M. Mimouni (Pharmacienne)

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.