Actualités - Revue de presse

« Pourquoi il faut toujours avoir un préservatif sur toi » : la campagne de prévention qui ne passe pas

« Pourquoi il faut toujours avoir un préservatif sur toi » : la campagne de prévention qui ne passe pas

Ce mardi 7 août 2018, le Ministère de la Santé a relayé sur les réseaux sociaux sa nouvelle campagne de prévention en faveur du port du préservatif. Baptisée « Pourquoi il faut toujours avoir un préservatif sur toi », celle-ci s'adresse aux jeunes et est notamment diffusée sur le site OnSexprime, lié à Santé Publique France.

On y découvre plusieurs « bonnes raisons » d'avoir un préservatif sur soi en toutes circonstances : « parce que ça t'évitera de faire la queue à la pharmacie pour acheter un test de grossesse », « parce que ça t'évitera une rupture pour des motifs franchement gênants », « parce que tu pourras dépanner une pote qui va conclure »…

Mais la « bonne raison » qui a fait bondir les professionnels, c'est celle-ci : « parce que ça t'évitera d'annoncer à l'infirmière/le médecin que tu as eu un rapport non-protégé ». Sur les réseaux sociaux, les réactions indignées ne se sont pas fait attendre :

« Je suis infirmier (…). Si un jour je m'occupe de vous sachez que vous pouvez à mes collègues et moi, nous dire ce genre de choses on est là aussi pour ça. On a probablement fait la connerie avant vous. On est soignants. Pas juges. »

« On est soignants. Pas juges. »

« En plus d'être hideux, ce visuel est vraiment stupide. Les professionnels de santé ne sont pas là pour juger les gens qui prennent un Traitement Post-Exposition et/ou la pilule du lendemain. Et si certains le font, c'est anormal. »

« Mais vous avez perdu la tête ? C'est la honte d'annoncer à un/e MÉDECIN ou un/e INFIRMIÈRE qu'on a eu un rapport non protégé ?? C'est la communication exactement inverse qu'il faut faire ! »

Sur le site OnSexprime, Santé Publique France a réagi aux commentaires négatifs : « il s'agit d'une campagne de promotion du préservatif qui utilise l'humour et les codes des réseaux sociaux des adolescents. Il est difficile pour les adolescents de parler de sexualité avec des adultes en général, y compris les professionnels de santé aussi bienveillants et accueillants soient-ils. »

Ce mercredi 8 août 2018, le message du Ministère de la Santé publié sur Twitter a été supprimé.

À lire aussi :

Préservatif : un problème de taille aux États-Unis

Contraception : des préservatifs vegan ?

Couple : il a du mal avec les préservatifs

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.