Actualités - Revue de presse

Rhinite allergique: 3 gestes à ne surtout pas faire

spacer

Eternuements à répétition, nez bouché : si les symptômes reviennent à chaque printemps et qu'ils durent plus de 10 jours, non vous ne souffrez pas d'un simple rhume mais d'une allergie saisonnière. "La plupart des personnes qui souffrent d’allergies saisonnières ignorent le plus souvent qu’il y a des choses à ne pas faire, de petits gestes qui peuvent sembler anodins mais qui aggravent leurs allergies". C’est après avoir dressé ce constat qu’un allergologue, membre de l’American college of allergy, asthme et immunology, a publié un "message d’alerte" en soulignant "qu’il n’y a pas de raison de souffrir. Quelques modifications dans les habitudes peuvent suffire à rendre le printemps plus agréable".

Sur le même sujetRhume des foins : je vais chez le pharmacien ou l'allergologue ?

Evitez de manger des tomates

Cela peut paraître étrange, mais les allergies saisonnières peuvent être la manifestation d'allergies croisées entre pollenset aliments. Cela relève d'une réaction croisée entre les protéines de certains fruits et légumes (et certaines noix) et celles du pollen allergène. Par exemple, si vous êtes allergique au pollen de bouleau ou d'aulne, mieux vaut ne pas consommer de céleri, de pommes ou de cerises. En cas de rhume des foins, évitez les tomates, les pommes de terre et les pêches. Consultez un allergologue pour en savoir plus.

Evitez d'ouvrir les fenêtres la journée

C’est ce qui peut sembler le plus surprenant car ouvrir les fenêtres est un geste spontané dès que les beaux jours reviennent. C’est même un geste recommandé pour s’empresser de chasser les acariens de la maison. Mais si vous souffrez d’uneallergie aux pollens, il vaut mieux ne pas ouvrir les fenêtres en grand pendant la journée afin d’empêcher les pollens d'entrer chez vous et de s'incruster dans la moquette et les meubles. Aérez votre maison plutôt le soir, lorsque les pollens sont tombés.

Evitez de faire sécher votre linge à l'extérieur

Là encore, la tentation est grande de profiter des premiers rayons de soleil printaniers pour faire sécher son linge au grand air plutôt qu’à l’intérieur de la maison. Malheureusement, en cette saison votre linge va sécher en s’imprégnant des grains de pollens en suspension dans l’air. .. et c’est ainsi que vous faites entrer l’ennemi dans votre maison et que vous vous retrouvez avec les yeux gonflés ou le nez qui coule au petit matin !

Comment savoir si on est allergique ?

Cela nécessite la consultation d'un médecin, allergologue de préférence. "En cas de suspicion d'allergie, il faut réaliser un bilan allergologique complet. Celui-ci comporte un entretien, des tests cutanés et, si un doute subsiste, des examens biologiques", explique le Pr Pascal Demoly, pneumologue allergologue au CHU de Montpellier.

  • L'entretien. Le médecin pose des questions sur l'environnement du patient, ses antécédents familiaux, et ses symptômes. Le but est d'identifier les allergènes potentiellement en cause, qui seront à rechercher lors des tests de confirmation.
  • Les tests cutanés, ou prick-tests. Ils permettent de confirmer ou d'éliminer une suspicion d'allergie. Et si c'est le cas de déterminer les allergènes responsables. Ces tests consistent à déposer sur l'avant-bras une quinzaine allergènes, puis à les faire pénétrer en piquant doucement avec une sorte d'aiguille. Après 15 minutes, si la personne est sensible, un bouton d'urticaire significatif apparaît. La procédure est indolore. Souvent ces tests confirment les autres signes et il n'est pas nécessaire d'effectuer d'autres examens.
  • Les dosages sanguins. Les tests unitaires mesurent le taux d'IgE (anticorps) correspondant à un allergène suspecté ; ils peuvent être réalisés en complément des prick-tests en cas de doute. Les tests dits "multiples" (qui recherchent plusieurs allergènes en même temps) sont utilisés par les médecins non allergologues pour le dépistage. L'allergie est confirmée si leur taux est très élevé. Les allergènes respiratoires recherchés le plus souvent sont : acariens, poils de chats ou de chiens, pollens de graminées (dactyle et phéole surtout), armoise, bouleau ou cyprès selon les régions (plus fréquente dans le Sud-Est).

A lire aussi :

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.