Actualités - Revue de presse

Un bébé sur sept pèse moins de 2,5 kg à la naissance

logo

Un bébé sur sept pèse moins de 2,5 kg à la naissance

En 2015, plus de 20 millions de bébés dans le monde sont nés avec « un faible poids », soit moins de 2,5 kilos à la naissance (quelque soit le terme de l'accouchement). C'est ce que révèle une étude de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, de l'Unicef et de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les chercheurs, qui ont publié leurs conclusions dans The Lancet Global Health ce jeudi 16 mai, alertent sur les conséquences de ce déficit pondéral pour ces nouveau-nés. Ils « ont un plus grand risque de présenter un retard de croissance et de connaître plus tard des problèmes de santé, dont des affections chroniques comme le diabète et les maladies cardiovasculaires », notent-ils.

Au total, « plus de 80 % des 2,5 millions de nouveau-nés qui meurent chaque année ont un faible poids de naissance ». L'enquête a été menée dans près de 150 pays, entre 2000 à 2015. Sur cette période, le nombre de bébés nés avec un faible poids a diminué, passant de 17,5 % à 14,6 %. Mais la baisse est jugée insuffisante. « Cette réduction de la prévalence ne suffit pas à espérer parvenir à la baisse de 30% d'ici à 2025 », déclare l'OMS.

Des facteurs variés

Par ailleurs, plus de 90 % de ces naissances se répartissent dans des pays à faibles ou moyens revenus, et les trois quarts en Asie du Sud (48 %) et en Afrique subsaharienne (24 %). Un phénomène qui s'explique essentiellement par une mauvaise croissance dans l'utérus, liée à de nombreux facteurs : l'âge et l'alimentation de la mère, le nombre de grossesses précédentes, de potentielles maladies infectieuses, la pollution, la consommation de tabac ou drogue….

Dans les pays riches, un déficit pondéral à la naissance est plutôt associé à un accouchement précoce, avant les 37 semaines de gestation. Une prématurité qui peut être la conséquence « d'un âge avancé de la mère, de la consommation de tabac, d'un recours injustifié à la césarienne ou des traitements favorisant la fertilité, qui augmentent la probabilité de naissances multiples », selon Hannah Blencowe, l'une des auteurs du rapport interrogée par l'AFP (relayée par Europe 1).

Manque de données

Le Bangladesh se situe en tête des pays où la proportion de « faible poids de naissance » est la plus élevée, puisque cela concernait 27,8 % de ses pupilles en 2015. Au contraire, c'est en Suède qu'elle était la plus basse (2,4 %). Dans les pays développés, ce pourcentage se situe autour de 6 à 8 %. En France, il est de 7,4 %.

Les efforts doivent donc être redoublés en matière de prévention, estiment les auteurs de l'étude. Ils soulignent le manque de chiffres pour de nombreuses régions, ce qui nécessite le recours à des modèles statistiques. « La collecte de données concernant ces naissances est nécessaire et doit être améliorée » pour que recommandations soient mieux ciblées, conclut-ils.

À lire aussi :

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.