Actualités - Revue de presse

Un « tatouage vivant » à base de bactéries

Un « tatouage vivant » à base de bactéries

Les bactéries sont très résistantes et compatibles avec la plupart des matériaux fabriqués à partir d'eau et de polymères utilisés dans les laboratoires et pour certains actes médicaux. Ces propriétés uniques ont permis à des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux États-Unis, de créer le premier « tatouage vivant » composé de bactéries génétiquement programmées réagissant à diverses substances chimiques. Les résultats de leur étude sont parus dans la revue Advanced Materials.

Peu esthétique mais bien pratique

L'équipe de recherche a développé une encre faite d'hydrogel, de bactéries fluorescentes et d'un mélange de nutriments gardant ces cellules en vie. Grâce à l'impression 3D, ils ont pu réaliser un prototype ayant la forme d'un arbre. Ce dernier est divisé en 3 sections différentes, chacune composée de bactéries réagissant à un polluant bien précis. Le tatouage, posé sur un patch transparent, est ensuite appliqué sur une peau qui a été exposée à ces substances. Au bout de plusieurs heures, les bactéries sont entrées en contact avec les différents stimuli chimiques. Les trois sections de l'arbre s'allument alors les unes après les autres.

Ces tatouages pourraient servir de détecteur pour certains polluants dangereux. La prochaine étape de l'équipe du MIT est de produire des systèmes d'administration de médicaments qui pourront être programmés pour libérer des substances pharmacologiques dans le corps à différents moments.

À lire aussi :

La tendance des tatouages éphémères parfumés

Un tatouage qui change de couleur en fonction de l'état de santé

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.