Actualités - Revue de presse

Une nouvelle étude dément les risques des compteurs Linky pour la santé

logo

Une nouvelle étude dément les risques des compteurs Linky pour la santé

Depuis la loi sur la transition énergétique de 2015, l'installation des nouveaux compteurs électriques Linky mis en service par EDF inquiète. Selon l'association Robin des Toits, en autres, ces boîtiers intelligents seraient nocifs pour la santé à cause des ondes électromagnétiques qu'ils émettent. Pour en avoir le cœur net, le maire Joseph Carles de Blagnac (Haute-Garonne) a commandité une étude indépendante à la firme Exem autour de sa dangerosité potentielle. Les conclusions ont été révélées dans La Dépêche du Midi fin novembre.

C'est le fonctionnement même du compteur qui préoccupe ses détracteurs. Celui-ci calcule la consommation d'électricité par la technologie de courants porteurs en ligne (CPL). Une technologie déjà utilisée par les particuliers, pour relier toutes les parties de leur logement à Internet. Seulement, elle est accusée d'augmenter significativement les niveaux de radiations électromagnétiques émises par ces équipements.

Des valeurs inférieures aux seuils autorisés

D'après cette nouvelle enquête, les radiations émises près du compteur seraient cependant largement inférieures aux seuils autorisés, et ne permettent pas de conclure à de quelconques risques pour la santé. « La mesure du champ magnétique aux abords d'un logement est de 0,0095 microtesla alors que la valeur réglementaire autorise jusqu'à 6,25 microtesla », dévoile le quotidien régional. Le champ électrique se trouve quant à lui à des valeurs de 0,24 volts par mètre, alors qu'il est autorisé jusqu'à 87 volts par mètre.

Le maire de Blagnac, en faveur de la reconnaissance d'un droit de refus d'installation du compteur, ne compte toutefois pas s'en arrêter là. Pour confirmer ces résultats, une deuxième campagne de mesures lors de la télétransmission des relevés aura pour but de constater ou non des hausses des émissions, et si ces dernières restent dans la limite autorisée.

Il est pour le moment impossible de refuser l'installation d'un compteur Linky chez soi, puisqu'elle répond à l'application d'une directive européenne de mise aux normes datant de 2010. Si bien qu'en mars dernier, un couple de Rennais a dû déménager, souffrant d'acouphènes, de maux de tête, de vertiges et d'insomnies après sa mise en service dans leur appartement. Le couple était en fait électro-sensible, une pathologie récemment reconnue en France et responsable de symptômes handicapants.

À lire aussi :

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.