Actualités - Revue de presse

Vaccin contre le coronavirus : que sait-on de « Spoutnik V », testé par la Russie ?

spacer

"Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré", a déclaré Vladimir Poutine ce 11 août, avant d'ajouter : "je sais qu'il est assez efficace, qu'il donne une immunité durable".

Sur le même sujetDeuxième vague de coronavirus : 20 métropoles en difficulté en septembre, selon le Conseil scientifique

Baptisé "Spoutnik V", ce vaccin est développé par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa, avec le ministère russe de la Défense.

Objectif janvier 2021

Selon l'AFP, le président a même affirmé qu'une de ses filles s'était fait inoculer ce vaccin à deux reprises. "Elle a participé à l'expérience", a-t-il indiqué, selon les agences russes affirmant qu'elle avait eu un peu de température après les deux inoculations, "et c'est tout".

Quant au ministère de la Santé russe, il affirme que ces deux injections permettraient de développer une immunité longue de "deux ans". Des essais cliniques sur plusieurs milliers de personnes vont suivre, a précisé le ministère russe. "Nous espérons vraiment que septembre, ou même fin août-début septembre, le vaccin soit produit et la première catégorie à être vaccinée sera le personnel médical", a même avancé la vice-Premier ministre en charge des questions de Santé, Tatiana Golikova, selon les agences russes. Les enseignants devraient également être parmi les premiers vaccinés. Le vaccin pourrait ainsi être déployé plus largement à partir de janvier 2021.

Un adénovirus modifié

Le vaccin russe repose sur l'injection d'un virus vecteur inoffensif. Cette technique a notamment été utilisée dans le cadre de la recherche d'un vaccin contre Ebola. Le principe est d'injecter non pas un virus SARS-CoV2 atténué, mais un autre virus, un adénovirus modifié, capable de combattre le coronavirus. L'adénovirus est en effet capable, une fois dans l'organisme, de synthétiser des protéines dites "S" présentes à la surface des SRAS-CoV-2. Ainsi le système immunitaire apprend à reconnaître cette protéine de surface et à la combattre.

Cette technique a notamment été choisie par l'Université d'Oxford en Grande-Bretagne et par l'Université de Pittsburgh (aux États-Unis).

Un effet d'annonce ?

Dans les semaines précédant cette annonce, des scientifiques étrangers ont exprimé leur préoccupation face à la rapidité de la mise au point d'un tel vaccin et l'OMS avait appelé au respect de "lignes directrices et directives claires". D'ailleurs, la Russie n'a pas publié d'étude détaillée des résultats de ses essais permettant d'établir l'efficacité des produits qu'elle dit avoir développé. Le porte-parole de l'OMS Christian Lindmeier avait alors indiqué que la Russie n'avait rien transmis "d'officiel". "Entre trouver ou avoir la possibilité d'avoir un vaccin qui fonctionne et avoir franchi toutes les étapes, il y a une grande différence", avait-il indiqué.

En France ce 11 août, plusieurs médecins français ont fait part de leurs doutes. Sur LCI, Jean Michel Constantin, chef du service réanimation à la Pitié-Salpêtrière, a appelé à la prudence. "On fera confiance quand on aura des données publiques, qui nous montreront quel est ce vaccin, comment il a été testé et comment il a été fabriqué." Et de poursuivre : "On a eu beaucoup d'annonces qui relevaient plus de la géopolitique que de la science sur ces cinq derniers mois, venant de plein de pays, pas seulement de la Russie. Alors la moindre des choses c'est d'être prudent."

Pour l'heure, le porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic, a déclaré être "en contact étroit avec les autorités sanitaires russes". Il a rappelé les règles à respecter, en particulier "l'examen et l'évaluation rigoureuse de toutes les données requises sur les garanties et l'efficacité".

Source : AFP, 11/08/2020

Lire aussi

Coronavirus : quel est le R effectif (R0) région par région en France ?

Traitement du Covid-19 : ces 3 médicaments porteurs d'espoir

La liste des symptômes du Covid-19

Dépistage (PCR, sanguin…) : où faire le test ? quel délai ?

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes

À propos de l'auteur

L'équipe SantéClic.com

L'équipe SantéClic.com

SantéClic est animé par une équipe pluridisciplinaire et internationale. Des pharmaciens, des médecins, des professionnels de la santé et des spécialistes de l'Internet réunis pour un projet commun : donner accès aux informations santé de façon simple, claire et gratuite.